26 janeiro 2010

Une question – que faire ? –, une réponse: rien.


Bartlebooth décida un jour que sa vie toute entière serait organisée autour d'un projet unique dont la nécessité arbitraire n’aurait d'autre fin qu’elle même.





Pendant dix ans, de 1925 à 1935, Bartlebooth s’initierait à l’art de l’aquarelle.

Pendant vingt ans, de 1935 à 1955, il parcourrait le monde, peignant, à raison d’une aquarelle tous les quinze jours, cinq cents marines de même format (65 x 50, ou raisin) représentant des ports de mer. Chaque fois qu’une de ces marines serait achevée, elle serait envoyée à un artisan spécialisé (Gaspard Winckler) qui la collerait sur une mince plaque de bois et la découperait en un puzzle de sept cent cinquante pièces.

Pendant vingt ans, de 1955 à 1975, Bartlebooth, revenu en France, reconstituerait, dans l’ordre, les puzzles ainsi préparés, à raison, de nouveau, d’un puzzle tous les quinze jours. A mesure que les puzzles seraient réassemblés, les marines seraient « retexturées » de manière à ce qu’on puisse les décoller de leur support, transportées à l endroit même où – vingt ans auparavant – elles avaient été peintes, et plongées dans une solution détersive d’où ne ressortirait qu’une feuille de papier Whatman, intacte et vierge.


Aucune trace, ainsi, ne resterait de cette opération qui aurait, pendant cinquante ans, entièrement mobilisé son auteur.


História do homem que pintou aguarelas e delas mandou fazer puzzles, 26
A Vida modo de usar, Georges Perec

Etiquetas:

1 Comentários:

Blogger fallorca disse...

E pronto, tornei-me visita obrigatória

quinta-feira, janeiro 28, 2010  

Enviar um comentário

Subscrever Enviar comentários [Atom]

<< Página inicial